Translate

vendredi 22 août 2014

UNE NOUVELLE ETAPE

Le Tenkara entraîne, à mon avis, pour ceux qui s'y intéressent sérieusement une évolution dans leur matériel de pêche et d'une façon générale une évolution dans leurs accessoires.

Depuis quelques temps je m'intéresse de plus en plus à la fabrication de certains de ces accessoires comme les Tamos.
J'ai eu la chance de me voir offrir un des ces authentiques épuisettes Japonaises par un ami qui est un fin pêcheur et je l'en remercie parce que cet exemplaire me permet d'avoir un modèle réalisé dans les règles de l'art. Il est simple et très beau. Cet objet a une âme, ce n'est pas un produit industriel.


Je profite désormais de mes sorties de pêche pour collecter du bois, mais n'importe lequel. Seules les essences dont j'ai trouvé mention chez des connaisseurs m'intéressent. Certaines essences sont difficiles voire impossibles à trouver en Europe mais dans ce cas je prends les espèces de la même famille la plus proche. Houx, if, sapin. Des bois légers et souples. Ce n'est pas vraiment surprenant, pourquoi aller se compliquer la tâche avec des bois lourds et rigides? 


Ca me donne en plus une raison supplémentaire de passer mon temps libre dans les bois ce qui est toujours une bonne chose. 


Je ne sais pas encore si j'arriverai à produire qui que ce soit de vraiment valable mais je pense que si j'arrive à mettre à profit les informations trouvées sur internet combinées aux conseils de quelques amis Japonais je devrai arriver à des résultats honorables. Et c'est important aussi de créer quelque chose qui corresponde à mon Tenkara que je veux développer dans le respect de la tradition et de la culture halieutique Japonaise. 

Il ne me reste plus qu'à être patient car je n'ai pas l'intention de gâcher ces matériaux en les travaillant avant qu'ils ne soient secs ce qui prendra au moins 9 mois. Si j'arrive à créer des Tamos digne de ce nom ils n'en auront que plus de valeur. 










jeudi 21 août 2014

LE MAGAZINE HEADWATER EDITION ETE 2014

Je n'ai été un adepte des magazines de pêche.
Je n'ai compris l'intérêt qu'il pouvait y avoir à acheter ces publications dont une page sur deux est une publicité. Certes ce n'est pas cher mais quand même 5, 6 ou 7 Euros pour cinquante pages de pub ça fait beaucoup!
Et surtout un des facteurs déterminant dans mon choix est que ces magazines ne traitent pas de sujets qui m'intéressent. Il n'existe aucune publication régulière sur le Tenkara dans cette partie du monde, à part la revue de Tenkara USA dont le deuxième numéro est attendu.

Mais au Japon la presse halieutique est vraiment pléthorique, c'est même impressionnant de voir autant de revues différentes dans un seul pays et l'un deux a rapidement retenu mon attention:  HEADWATER.


Quand j'ai acheté le premier je me suis dit que c'était histoire d'en avoir un dans ma bibliothèque mais que ça ne serait qu'un magazine mais je me suis rendu compte dès que j'ai commencé que c'était LE magazine dont j'avais toujours rêvé!

Ce magazine n'est à proprement parlé un magazine de Tenkara ni de Keiryu mais plutôt une revue qui s'intéresse à la pêche et à d'autres activités pratiquées comme le Sawanobori, la cueillette des champignons, l'artisanat traditionnel, etc. J'aime vraiment cette facette de cette revue qui comprend la pêche comme un élément culturel et non pas comme un simple loisir.

Dans cette édition on retrouve Takashi Yoshida (yoshidakebari) pour un test des cannes Sakura, il y a aussi un reportage sur le kit Patagonia fait également par le même pêcheur.
Comme très souvent dans ce magazine les photos qui illustrent les reportages sont vraiment à couper le souffle. Il y en a pas mal dans chaque numéro qui sont imprimées en pleine page.
Ca n'est pas étonnant que je sois décidé à collectionner tous les numéros de cette revue. Mais ça n'est pas seulement pour le plaisir des yeux car je pense que ces photos qui mettent en scène la pêche telle qu'est pratiquée par ceux qui savent vraiment comment la pratiquer sont une bonne d'informations fiables sur des techniques de pêche comme le Tenkara ou le Keiryu.
Je pense qu'une bonne analyse de photos de pêcheurs tels Takashi Yshida, Yuzo Sebata ou Masami Sakakibara m'apprendra, en plus de ma propre expérience, ce que j'ai besoin de savoir sur ces techniques de pêche.


On retrouve aussi pour chaque reportage de pêche un diagramme indiquant le matériel utilisé. Une idée simple qui à ma connaissance n'existe pas ailleurs. Je trouve ces diagrammes très bien et ça peut donner des idées de montages pour certaines pêches. Dommage que les magazines occidentaux préfèrent se focaliser sur des complications et accessoires inutiles. 


On a le droit aussi dans ce numéro à des reportages sur Yuzo Sebata, plusieurs articles sur le Keiryu, sur la pêche à la mouche, les nouveaux vêtements de chez Tiemco, etc. Le menu est copieux. 
Ce magazine est vraiment très riche et démontre l'énorme avance qu'ont les compagnies Japonaises dans le design et la fonctionnalité des équipements de pêche, d'alpinisme, de randonnée ou de camping. 

Si vous voulez vous faire une idée précise de ce qu'est un excellent magazine de pêche je vous conseille vivement celui-ci.






jeudi 14 août 2014

TENKARA FOOD AND FRIENDS

Paul et John continuent de partager avec nous leur voyage au Japon, cette fois l'article ne traite pas directement de la pêche mais les deux responsables de Discover Tenkara sont sûrement parmi les plus actifs en Europe ( et plus généralement en Occident) pour faire connaître le Tenkara en tant qu'aspect culturel et pas seulement comme une technique de pêche.

Ils nous intéressent aujourd'hui à la cuisine Japonaise partagée entre amis après une sortie de pêche. L'article est comme toujours très intéressant et cette vidéo est très appétissante!


Tenkara Food and Friends in Japan from Discover Tenkara on Vimeo.

mardi 12 août 2014

LES GUETRES KEIRYU DE CARAVAN

Ma tenue pour aller à la pêche a beaucoup évolué cette année; le gilet a été remplacé par strap pack, les enclumes du Montana ont laissé place à de vraies chaussures de pêche et depuis que j'ai ces chaussures qui correspondent bien mieux à ma pratique du wading les waders ne sortent plus de leur sac de rangement et ont été remplacés par des guêtres.


Après avoir pris des renseignements auprès de pêcheurs ayant déjà utilisé ce type d'équipement je choisis le modèle Keiryu de la marque japonaise Caravan
Si j'ai opté pour des guêtres c'est que je n'ai pas vraiment l'utilité de waders: je ne pêche que rarement dans des endroits profonds et quand on marche beaucoup comme c'est mon cas pendant la pêche les waders se révèlent inconfortables et prennent de l'usure très rapidement. 
Mes guêtres qui sont en taille L (la plus grande) ne pèsent que 330 grammes ce qui est largement inférieur au poids d'une paire de waders. 

Ces guêtres sont en néopréne de 3 mm d'épaisseur et la zone du tibia est doublée, elles ferment par zip YKK et cette fermeture est protégée par un velcro. L'avantage le plus évident pour moi à ces guêtres sur les waders est que si vous y faites un accroc elles continuent quand même à remplir leur fonction alors qu'une paire de waders qui présentent un accroc commencent immédiatement  à se remplir d'eau.
Combinées à des bonnes chaussures comme les KR-1F vous bénéficiez d'une évacuation permanente de l'eau. 


Le velcro s'est révélé très efficace et une fois en place il tient impeccablement fermé. Le zip étant un YKK, il est évidemment très fiable. 


Ces guêtres sont solidarisées aux chaussures par un petit crochet tout comme les guêtres de n'importe quelle paire de waders. 
Le haut de la jambe quant à lui se finit par un ourlet de mousse de caoutchouc très souple qui permet aux guêtres de rester parfaitement en place. 


Ce produit est vraiment excellent, le prix est raisonnable (43 €) et le confort est tout simplement exceptionnel.  Ces guêtres sont proposées en trois tailles et deux couleurs. 


Si ces guêtres vous intéressent vous pouvez les commander sur le site Tenkara-ya.com
Le gérant, Keiichi Okushi, saura répondre à toutes vos questions et ces conseils basés sur près de quarante ans de pêche vous aideront à faire votre choix. 











jeudi 7 août 2014

LA CANNE TENKARA CENTRE UK HAYASE

Comme beaucoup de passionnés de Tenkara européen je connais Tenkara Centre UK par le biais de leur site internet et leur chaîne Youtube mais je n'avais pas encore eu une de leur canne entre les mains...J'ai pêché avec cette Hayase depuis le mois de Mai et il est temps de faire le bilan.

Tout d'abord les caractéristiques de cette canne:

Longueur: 12" (3.66 m)
Repliée: 56 cm
Poids: 69 gm
Brins: 8
Action: 6:4
Poignée: 25 cm


La canne est livrée dans un tube de fibre de carbone fermé par deux bouchons en aluminium, le logo est sérigraphié mais le nom du modèle de la canne est un autocollant.
La canne est protégée par une gousse en suédine brodée qui ferme par un velcro. Le moins qu'on puisse dire c'est que chez Tenkara Centre UK les détails esthétiques sont prix très au sérieux.

La canne présente une finition noire mate, une poignée en liège d'une qualité qui n'est pas si courante. Certains l'ont même estimé supérieur à celui utilisé par Winston Rod Co! Pour ma part la qualité du liège n'est pas le plus important, ce qui compte c'est avant tout la forme de la poignée et on peut dire que celle de la Hayase très confortable même si c'est vrai qu'à première vue elle paraît avoir une forme étrange. Je peux vous dire que passer le premier quart d'heure vous ne trouvez plus cette poignée bizarre mais très confortable.


 Les bouchons de scion et de talon sont classiques; pour le scion c'est bois avec insert de caoutchouc et pour le talon c'est du métal avec moletage et fente en plus du trou de vidange.


Par contre j'ai remarqué au démontage de la canne au moment de la réception du colis que l'ébavurage de l'insert en caoutchouc de ce bouchon était mal réalisé et que des particules de caoutchouc s'étaient infiltré dans le pas de vis du dit bouchon. 


N'en tenons pas rigueur à l'équipe de TCUK car ce "défaut" est quasi-omniprésent sur le marché et cela démontre une fois de plus qu'il faut être soigneux dans l'entretien de ses cannes pour éviter le coincement des brins.

Hayase signifie "rapides" et si ce nom me donnait un indice sur l'action de la canne je ne m'attendais pas à ce que cette action soit aussi marquée à la pointe de la canne. Les deux brins de pointe sont très souples mais le reste de la canne est plutôt rigide. Les lancers en sont grandement facilités et cette souplesse en pointe autorise l'utilisation de bas de ligne très fins ce qui est toujours bon pour que nos kebari dérivent au mieux. 


Dans l'ensemble je pense que cette Hayase est une bonne canne, avec une esthétique flatteuse et une action qui est vraiment bien pensée et même si j'ai des préférences personnelles pour des finitions d'un genre différent cette canne répond à un besoin dans le Tenkara occidental. 

Si vous voulez en savoir plus, consultez Tenkara Centre UK

















mardi 5 août 2014

LES CHAUSSURES DE WADING KEIRYU KR-1F DE CARAVAN

Le Tenkara a fait évoluer ma pêche et aussi mon équipement, je suis beaucoup beaucoup plus exigeant que je ne l'étais. Je recherche des équipements plus adaptés à ma pêche.

Après des années de fidélité à Simms j'ai décidé de changer, pas parce que les Freestone que j'avais étaient usées, elles ne l'étaient pas, mais parce qu'elles étaient bien trop lourdes et inconfortables et qu'après près de deux saisons d'utilisation j'en étais arrivé à la conclusion que c'était la conception elle-même de ces chaussures qui étaiT mauvaise et qui était inadaptée à l'utilisation que je voulais en faire.
J'avais même fini, pendant une sortie de pêche, par supprimer à coups de couteau, tout le rembourrage autour des chevilles tellement celui-ci était inconfortable. Le pire est que toute la chaussure était garnie de ce maudit rembourrage; inutile de vous dire la difficulté à les faire sécher...Bref, on ne m'y reprendra plus!

Il me fallait donc trouver de nouvelles chaussures qui répondraient à mes trois exigences de base en la matière: légères, confortables, facile à faire sécher. Et si possible avec un bon rapport qualité prix.
Je lançai un appel dans un groupe FB et obtins rapidement des réponses de pêcheurs expérimentés et exigeants qui m'aidèrent à orienter mes recherches (Merci Adam!).

Je trouvai rapidement des produits intéressants sur des sites Japonais où le type d'équipement que je recherchai est assez courant. Rapidement les produits de la marque Caravan retinrent mon attention.
Après avoir consulté les catalogues d'autres marques j'achetai finalement chez Caravan les chaussures modèle Keiryu KR-1F.


Je vais essayer de vous en présenter les principales caractéristiques et mon avis par rapport à mes trois critères dans le choix de ce modèle.

Le poids de ma paire (en taille 28 cm) est de 1,2 kg alors que les Simms (qui ont fini leur brève carrière dans une poubelle) pesait 1850 grammes!
La sensation de légèreté de ces chaussures est renforcée par le fait qu'il n'y ait pas rembourrage inutile.


Certains discuteraient, chicaneraient, plaideraient en faveur des panneaux de mousse très dense qu'on trouve dans quasiment toutes les chaussures de wading aujourd'hui mais ce ne serait pour moi que des arguments fallacieux. Quand on pêche en wading on marche de toute façon lentement, on prend garde à rester aussi discret que possible aux yeux des poissons, on ne fonce pas bille en tête comme un bûcheron! Cela dit c'est le droit le plus absolu de chacun de pêcher dans l'inconfort si ça lui plaît!


Le confort de ces chaussures est vraiment incroyable! La partie haute du pied est réalisé en mesh de nylon et la doublure est en intissé ce qui assure une excellente souplesse à l'ensemble. Elles ne sont pas aussi souples que mes Mizuno de course mais elles n'en sont pas loin. On est vraiment à des années lumières des enclumes de Bozeman!


Il est à noter également que la partie basse du pied est fait d'un ensemble très léger et souple composé d'une semelle intermédiaire en EVA, d'une semelle en caoutchouc non vulcanisé et de feutre anthracite dans laquelle des découpes en losanges ont été faites pour l'assouplir.
Quand vous faites plusieurs kilomètres de petits chemins défoncées pour aller à la pêche je peux vous garantir que vous appréciez vraiment la qualité de conception de ces chaussures.


Un des principaux problèmes des chaussures de wading est de le faire sécher, et de le faire de façon à les garder en bon état et saines.
Il suffit de les placer dans un courant d'air sans les exposer directement au soleil. C'est tout!
Les tissus dont sont faits ces chaussures sont si légers et aérés que la plupart du temps elles sont déjà quasiment sèches quand je rentre chez moi!
Un séchage rapide évite aussi l'utilisation de produits désodorisants ou dessicants chimiques qu'on utilise sur des modèles dont le séchage est difficile.

Mon dernier critère étant le rapport qualité et je dois dire mon entière satisfaction car ces excellentes chaussures sont moins chères que l'entrée de gamme chez Simms.

Je suis totalement satisfait pas ces chaussures de wading et je suis sûr de rester fidèle à Caravan à partir de maintenant.

















jeudi 31 juillet 2014

LE LIVRE DE JOHN RS ALLEN "ONE MAN AND HIS ROD"

Il y a trois semaines je vous parlais du dernier livre de John RS Allen et aujourd'hui mon article portera sur celui qu'il avait publié l'année dernière et qui pendant plusieurs mois n'était disponible qu'au format Kindle.
Ayant pour titre complet "One Man and his rod. Tenkara fishing in Dorset" ce livre de 103 pages est présenté comme un journal de pêche couvrant l'année 2012.

Commençons par le commencement, la couverture du livre est un dessin de l'auteur et si j'avais compris que le livre "Tenkara. Ancient and Modern" qui est plus généraliste ait une couverture japonisante je ne comprends pa du tout pourquoi c'est aussi le cas pour ce livre qui traite de la pêche dans le Dorset! Tous les goûts sont dans la nature...Ce n'est après tout qu'un détail mais j'aurais préféré une photo, un dessin ou une autre illustration qui représente l'endroit où John pêche.

Mais venons en au fait! Le livre se compose de trois parties de volume très différents, la première faisant 23 pages et la seconde 45 et la troisième 29. Mais il y a une bonne raison à cela: la première partie du livre est un exposé historico-théorique sur le Tenkara et la seconde est un journal de pêche. La troisième traite de divers sujets liés au Tenkara. Je vais donc suivre ce sommaire pour ma chronique.

Dans la première partie John tente de présenter de façon succinte l'histoire et les bases théoriques du Tenkara en seulement vingt trois pages, l'exercice est périlleux mais je dois dire que c'est plutôt réussi et si de nombreuses subtilités qui intéressent les passionnés sont absentes un néophyte trouvera les informations basiques qui répondront aux questions basiques des non initiés.

Je ne polémiquerai pas point par point sur les informations données par John dans le livre, comme tout amateur éclairé qui écrit un livre sur la pêche il écrit ce qui est "son" Tenkara. Tout en exposant des techniques qu'il n'utilise pas lui-même par ailleurs.
C'est là aussi quelque chose que je n'ai pas compris dans ce livre (comme dans l'autre d'ailleurs), pourquoi ne pas faire des livres de pêche plus personnel? C'est, en tout cas pour moi, ce que suggère un titre comme "A man and his rod" ("Un homme et sa canne").

Un bon point pour ce livre, en tout cas dans la première partie, est qu'il n'y a pas une surabondance d'illustrations; elles sont quasiment toutes utiles sauf une!

La seconde partie de ce livre est comme je l'ai écrit précédemment un journal de pêche qui couvre l'année 2012, du 1° Janvier au 16 Décembre.
Cette seconde partie m'a à vrai dire laisser une impression un peu étrange, il y a de bonnes choses et des moins bonnes. Pour chaque sortie de pêche on a les données suivantes: météo, phase lunaire, température et pression atmosphérique, température de l'eau, force et direction du vent et une carte indiquant l'endroit où cette sortie de Tenkara a eu lieu.

Si John décrit en détail ces conditions et les endroits où il va pêcher je regrette que les illustrations ne soient que des cartes car si le texte est intéressant dans la plupart des cas ce type d'illustration qui revient toutes les deux ou trois pages au long de ce livre rend l'ensemble de cette partie complètement impersonnel. Donnez ces 45 pages sans couverture ni la première partie à qui que ce soit et cette personne n'ira sûrement pas plus loin que la dixième page!

C'est vraiment dommage qu'il n'y ait pas une seule photo ou autre illustration personnelle de l'auteur car son journal de pêche est assez agréable à lire et comme John pratique le Tenkara aussi bien en rivière, en lac qu'en bord de mer il donne des informations qui peuvent être utiles aux pêcheurs qui veulent adapter cette technique de pêche passionnante qu'est le Tenkara à divers biotopes et diverses familles de poissons. 

A mon goût cette seconde partie du livre manque cruellement de poésie de de philosophie et je pense que John aurait pu donné plus de vie à son livre par quelques photos ou dessins. 


La troisième et dernière partie du livre est un peu fourre-tout et traite aussi bien du montage de mouches que des bobines à ligne ou des magasins de pêche du Dorset. Non pas que ça me pose un problème mais quand on inclue un glossaire sur le Tenkara et qu'il y ait à peine fait mention d'un terme Japonais et même pas une allusion à au moins un maître de cette technique de pêche c'est un peu problématique. Cette troisième partie m'a paru vraiment trop superficielle; il aurait sûrement mieux valu traiter un seul sujet mais le faire vraiment bien plutôt que de seulement faire un survol rapide de nombreux sujets. 

Pour conclure ce livre m'a un peu déçu, non pas que John RS Allen n'ait rien d'intéressant à écrire sur le Tenkara, mais parce qu'il est trop impersonnel. 
Si vous voulez lire ce livre et vous faire votre idée sur le sujet vous pouvez le commander en cliquant ici.

John RS Allen, One man and his rod. Tenkara fishing in Dorset, 102 pages, Createspace Independent Publishing Platform, 2013


dimanche 27 juillet 2014

TENRYU FURAIBO



Au mois de Mars dernier je vous annonçais le sortie imminente de la première canne de Tenkara signée
Tenryu et j'ai eu ce matin l'agréable surprise de visionner une excellente vidéo avec cette canne en action.
Une excellente vidéo à mon avis, où on met en avant le plaisir de pêcher; c'est ce qui fait de bonnes vidéos de Tenkara à mon avis.

La canne Furaibo ("oiseau de passage" en Japonais) sortie au Japon au printemps dernier sera disponible par chez nous sous peu. Alors commencez à mettre des sous de côté!


vendredi 25 juillet 2014

THREE RIVERS TENKARA

Le blogger bien connu des amateurs de Tenkara Anthony Naples qu'on connaissait déjà pour son excellent blog Casting Around vient de créer sa boutique de matériel pour le Tenkara:
Three Rivers Tenkara.


Cette boutique propose une gamme complète d'équipement pour le Tenkara et surtout les cannes "Try" de la marque Tenkara Times. Enfin une compagnie Européenne qui arrive à traverser l'étang! Ces cannes ont été chroniquées dans les blogs Tenkara TalkTeton TenkaraTenkara NormandieTenkara FriuliTroutrageous et d'autres! Si ces cannes obtiennent partout des revues positives c'est pour une seule raison: ce sont de bonnes cannes!


Souhaitons à Anthony qui est un authentique passionné de rencontrer le succès. Je suivrai avec intérêt l'évolution de ce magasin virtuel et je n'ai pas de doute qu'Anthony ne tardera pas à devenir le boss d'une boutique qui sera une référence. 









mardi 22 juillet 2014

Tenkara Rod Co. | The Owyhee Rod

La gamme Tenkara Rod Co. s'étend avec l'arrivée d'une nouvelle canne qui porte le nom d'une rivière qui traverse le Nevada, l'Idaho et l'Oregon: l'Owyhee.



Ils viennent également de mettre en ligne une vidéo vraiment cool pour promouvoir cette nouvelle canne.