Translate

jeudi 28 mai 2015

Premier coup du soir de la saison

Le mois de Mai n'a pas été très productif en matière de pêche pour moi, la météo a été assez stable mais dans le mauvais sens du terme: vent et pluie.
Il y a pas mal d'années que les rivières du coin n'ont pas eu autant d'eau à cette période de l'année et celle-ci reste fortement teintée. Depuis le début de la semaine la météo semblait s'améliorer et je tentai donc hier soir le premier coup du soir de la saison. Il fût assez court il faut bien le dire. Mais nous ne sommes plus qu'à quelques jours de Juin qui est censé marquer l'arrivée de l'été et c'est normalement le mois qui nous est le plus favorable. 


Ce fût donc une sortie assez courte d'une heure sur un secteur que je connais très bien et où les truites sont nombreuses mais force est de constater que tout ce petit monde trouvant facilement sa nourriture grâce au courant régulièrement alimenté par la pluie ne s'intéresse guère à mes imitations. Je fis quand même mieux que les deux moucheurs avec qui j'ai discuté après la pêche et qui eux sont repartis bredouille pour une raison des plus simple: ils attendaient des gobages pour tenter leur chance en sèche. Peut-être aurai je bientôt l'occasion de pêcher en sèche sous d'autres latitudes mais pour l'instant voyant l'état de la rivière je me contente de rester fidèle à une noyée qui me suit partout depuis maintenant trois ans. 


Je pêchai avec une canne Oni type II sur laquelle je reviendrai bientôt et qui est une canne magnifique avec une action douce que j'apprécie vraiment pour pêcher avec un maximum de sensations et lancer précisément et sans effort. Je pêchait hier soir avec la longueur de ligne qui, à mon avis, est le minimum vraiment utilisable avec cette canne pour lancer sans effort, en respectant le rythme pour lequel Masami Sakakibara a conçu cette canne c'est à dire cinq mètres. 

 
Sur le chemin du retour j'étais souriant, pas mécontent de cette heure de pêche. Il faut savoir s'adapter et être réaliste sur les conditions de pêche. Si le niveau d'eau baisse la pêche sera plus facile et là je me ferai des sorties plus longues et des truites plus grosses seront à la recherche de nourriture. Je n'aurai qu'à être au bon endroit au bon moment pour passer une bonne soirée!



jeudi 21 mai 2015

La canne NISSIN Pro-Square Super Tenkara


Je vais aujourd'hui publier un article sur une série de cannes qui à mon avis va rencontrer un franc succès dans les mois qui viennent en raison de ses qualités, je veux parler de la NISSIN Pro-Square Super Tenkara.
Cette canne est le modèle de base de la firme Japonaise mais ne vous laissez pas tromper par des qualificatifs tels "entrée de gamme" ou "modèle de base" car cette canne n'ont absolument rien à voir avec les chinoiseries qui sont en train d'inonder le marché.
Commençons par le commencement et les caractéristiques de cette canne qui est disponible en trois longueurs (320, 360  et 390) avec deux actions différentes: 6:4 et 7:3. Dans ces trois longueurs la canne repliée mesure 57 centimètres avec une poignée de 27 centimètres.



On voit aujourd'hui beaucoup de cannes basiques et celle-ci dénote déjà de la concurrence à l'aspect visuel: les finitions sont très sobres et parfaitement exécutées. On est loin des cannes à dix sept couches de peinture de certaines marques soi-disant Américaines ou Françaises. 


Sortie de la boîte dans laquelle la canne Pro-square Super Tenkara est livrée elle surprend également par son poids, très inférieur à la concurrence.
Voici les poids de ce modèle en fonction de sa longueur et action:
-320 6:4 (7 brins) = 55 gr
-360 6:4 (8 brins) = 60 gr
-390 6:4 (9 brins) = 70 gr
-320 7:3 (7 brins) = 60 gr
-360 7:3 (8 brins) = 65 gr
-390 7:3 (9 brins) = 80 gr


Ayant vérifié ces poids théoriques à réception des cannes je vous garantis que ce sont les poids exacts.

Le liège de la poignée est aussi de bonne qualité et comme j'utilise des cannes NISSIN depuis près de trois ans je peux dire que leurs poignées vieillissent bien, la résine utilisée pour boucher les imperfections du liège tient très bien ce qui n'est pas le cas chez tout le monde. Certaines de mes cannes se retrouvent aujourd'hui avec d'énormes crevasses dans la poignée parce que la résine de rebouchage n'a pas tenu. 


Le bouchon de talon est en aluminium moleté qui comporte un trou de vidange et la bouchon de scion est en caoutchouc. Ce second bouchon est très bien pensé à mon avis car il faut le visser dans la poignée pour le mettre en place, vous êtes ainsi sûr qu'il ne ressortira pas tout seul ce qui est la principale cause de perte.


Mais le plus gros défaut des cannes Chinoises n'est pas leur esthétique hasardeuse ni leur poids supérieur aux cannes Japonaises c'est qu'elles ne sont pas du tout adaptées à la pratique du tenkara d'aujourd'hui. Elles ne sont pas du tout polyvalentes et ne sont vraiment utilisables qu'avec des lignes tressées. C'était d'ailleurs ce que je craignais de retrouver comme défaut avec la Pro-square Super Tenkara mais je dois dire que mes inquiétudes se sont très vite dissipées quand j'ai testé les différents modèles avec des lignes coniques Fujino et des level lines
Vous pouvez lire des avis complémentaires à propos de cette série de cannes sur l'excellent blog de Chris Stewart Tenkara Bum et celui d' Il Muc A Pesca col Muc
Cette canne est de loin la meilleure canne pour quiconque souhaite s'initier au tenkara avec une canne d'un prix modique et avec laquelle il sera possible de travailler différentes techniques en utilisant une seule canne. 
Les cannes Pro-Square Super Tenkara sont disponibles chez TENKARASTYLE.COM.

mercredi 20 mai 2015

En attendant les beaux jours...


Depuis le début du mois les conditions météorologiques se sont sérieusement dégradées et c'est assez difficile d'aller à la pêche. J'y vais un peu quand même mais tous les sorties de pêche que j'ai faites depuis le début du mois ont été écourtées par la pluie. 
En attendant les beaux jours et de pouvoir refaire de vraies sorties de pêche je me suis mis, avec quelques mois d'avance à un projet que j'avais depuis l'hiver dernier: les tamos. 

J'en ai déjà fait un que j'utilise quand je vais à la pêche mais je veux améliorer ma production, obtenir des tamos qui correspondent vraiment à une esthétique authentique, et en restant fidèle à la façon traditionnelle que j'ai eu la chance d'apprendre grâce à des contacts au Japon. Je laisse le soin à d'autres de produire vulgaires caricatures et chinoiseries. 


Travailler ces pièces de bois à la main comme je le fais est très plaisant, c'est déjà presqu'une récompense d'avoir envie de fabriquer soi-même son tamo et je dois dire mon agréable surprise de l'intérêt des pêcheurs Français pour la fabrication de ce type d'épuisettes car ils sont nombreux à me contacter pour  se renseigner sur les essences de bois utilisées, les filets, etc.
Cela montre à mon avis qu'il est en train de se créer dans notre pays un microcosme de véritables passionnés qui sont motivés à aller plus loin dans leur expérience du tenkara que seulement pêcher avec du matériel acheté. Et je les comprends car c'est vraiment une grande satisfaction de faire visiter un tamo fait maison à une truite qui vient de se faire prendre sur une kebari que vous avez montée vous-même.
Je pense que d'ici à la fin de la saison je publierai un article complet décrivant étape par étape le process de fabrication d'un tamo. 

samedi 9 mai 2015

Le Tenkara Guide Sling de Zimmerbuilt

Depuis que j'ai pris la bonne décision de ne plus utiliser de gilet de pêche et que  j'ai découvert les sacs produits par Chris Zimmer et je dois dire que je ne regrette absolument pas ce choix. Ce sont des sacs de grande qualité, de fabrication artisanale et ils ne sont finalement pas plus chers que les produits de qualité moyenne voire médiocre que nous propose les grandes marque d'équipements de randonnée ou de matériel de pêche. 


Cette année j'ai opté pour le Tenkara Guide Sling qui comme son nom l'indique est un sling pack, un type de sac que je n'avais pas encore eu l'opportunité d'essayer.
Si ce modèle s'appelle "Tenkara Guide Sling" ce n'est pas par effet de mode ou par opportunisme commercial de la part de Chris Zimmer mais parce que ce sac a été conçu en étroite collaboration avec John Vetterli, Rob Worthing et Erik Ostrander, fondateurs de Tenkara Guides LLC. Rien à voir avec les mêmes sacs que certains essaient de nous vendre sous dix ou douze "marques" différentes.
Ce sac est entièrement réalisé en fibre cuben, dyneema et cordura; des matériaux solides et légers. 


Ce sac ultra léger (290 grammes) a été conçu pour accompagner un pêcheur pendant une journée de pêche et se compose de deux compartiments. Le grand compartiment a les dimensions suivantes: 49x25x7.  C'est un des aspects que j'apprécie le plus dans les sacs Zimmerbuilt, ils sont très légers et ça vient à mon avis du fait qu'ils soient conçus par de vrais utilisateurs et pas par des commerciaux pour qui la seule chose qui compte est d'obtenir un prix de revient le plus bas possible. 
Le grand compartiment me sert pour transporter ce dont j'ai besoin en dehors du matériel de pêche: eau, nourriture, veste de pluie, etc.
Ce compartiment est équipé d'un petit mousqueton pour accrocher un réservoir d'eau et d'une pochette zippée (18x12) en fibres de cuben pour stocker vos clés, batteries de caméra et autres petits objets.


La partie supérieure du grand compartiment présente une fente destinée à faire passer le conduit d'un réservoir d'eau et il y a sur la bretelle une boucle élastique munie d'une stoppeur pour solidariser le conduit d'eau à la dite bretelle. 


La bretelle est équipée sur toute sa longueur d'une chaîne d'arrimage en cordura et vous pouvez donc y accrocher vos accessoires ou tout autre équipement comme le Tenkara Strap pack  par exemple. La sangle fine présente un fermoir muni d'un sifflet de détresse et elle est réglable en longueur donc le Tenkara Guide Sling est adaptable à toutes les morphologies. 


Le compartiment avant (38x22x3,5) est destiné à contenir le matériel de pêche (boîte à mouches, bobine de lignes, etc) et il est équipé d'un pochette zippée (18x15) en filet mesh, idéale pour recevoir votre carte de pêche ou autres petits objets comme un appareil photo ou un GPS de randonnée. 


Les deux compartiments sont équipés de zips étanches. 


Sur l'avant du sac on trouve deux poches élastiquées au dessus desquelles une chaîne d'arrimage munie de boucles élastiques équipées de bloqueurs, elles accueilleront les talons de vos cannes et les boucles élastiques éviteront que les cannes ne bougent quand vous voudrez ramener le sling pack vers l'avant. Ce système est simple et efficace.
Ces deux poches peuvent accueillir jusqu'à six cannes ce qui est plus que suffisant!


Une fois le Sling Pack revenu vers l'avant vous avez un accès vraiment aisé aux deux compartiments du sac. Pour moi l'avantage par rapport à mon Zimmerbuilt Tailwater est que je n'ai pas à l'enlever ni à la poser où que ce soit pour par exemple prendre ma veste de pluie quand une averse arrive comme c'est souvent le cas depuis une dizaine de jours sur la région. Cela va aussi s'avérer très pratique pour la pêche en wading où il est toujours problématique de devoir enlever son sac à dos pour avoir accès à son contenu. 


Cet excellent sac de pêche, très fonctionnel et confortable en plus d'être ultra léger, un des très rares sur le marché à avoir été conçu par des pêcheurs et à être fabriqués artisanalement est disponible en exclusivité chez TENKARASTYLE.COM.


Les sacs Zimmerbuilt sont d'une qualité rarement égalée en matière de sacs et de bagagerie pêche ce qui n'est pas le cas des imitations que certains "spécialistes" vous proposent alors je ne peux que vous conseiller de vérifier la présence de la fameuse étiquette "Zimmerbuilt"!






mercredi 29 avril 2015

Dernière visite de l'année

Depuis l'ouverture je me suis concentré sur un seul et unique ruisseau près de chez moi et j'y suis retourné pour une brève sortie hier qui sera la dernière pour cette année. En effet le niveau d'eau a déjà bien baissé et je ne veux pas perturber plus ces habitantes qui ne sont pas bien nombreuses et méritent d'être laissées tranquilles jusqu'au printemps prochain.

Cette dernière sortie a été assez difficile car la météo n'est pas des plus avenantes et la pousse de la végétation rivulaire et des arbres rendent de nombreux spots difficilement accessibles mais c'est une bonne chose car c'est ce qui permet de progresser techniquement. Aller sur des parcours aménagés pêcher des truites "findus" n'a aucun intérêt pour moi.
Le matériel utilisé dans la vidéo qui suit est composé de la Nissin Kawashi 320, une ligne parallèle Nissin en taille 3, bas de ligne Fujino en 号0.6 et une Takayama sakasa kebari noire.







dimanche 19 avril 2015

Kiji Kebari

Depuis le début de mon expérience du tenkara j'ai redécouvert le plaisir de monter des mouches destinées à la pêche qui ne soient pas seulement belles mais efficaces et en utilisant presque exclusivement des matériaux naturels. Je n'ai créé qu'un modèle avec un dubbing synthétique en trois ans. Parmi les plumes que j'utilise le plus dans le montage de mouches on trouve celles de coq, les ailes de faisanne et celles de flanc de perdrix. 
Depuis quelques temps je cherchai de bonnes plumes de faisan commun communément appelées "Church windows", "vitrail" dans la langue de Molière, mais je ne fus pas très satisfait de ce que je trouvais chez les différents fournisseurs car une partie des plumes achetées étaient tout simplement inutilisables. Certes ces plumes ne sont pas très chères mais quand j'achète un sac de plumes et que la moitié du contenu finit dans la poubelle j'ai la mauvaise impression que les quelques euros dépensés ne sont pas justifiés. Si vous vous demandez pourquoi ces plumes portent le nom de "vitrail" je pense que la photo ci-dessous vous apportera la réponse. 


Etant donné que j'ai enfin trouvé un fournisseur de "Church windows" de qualité je profite de l'occasion pour vous proposer ce post consacré au montage d'une kebari très simple, ce qui sera sûrement très utile à ceux et celles d'entre vous qui débute, ou qui souhaite débuter, dans ce domaine. 


La mouche proposée est une mouche noyée donc à monter sur des hameçons fort de fer comme les Owner Kuwahara Tenkara. Le corps de cette kebari est constituée d'un seul et unique matériau qui n'est autre que du fil de montage en taille 6/0 qui vous permet d'obtenir un corps régulier et solide. 


Peut-être cette vidéo vous sera utile.






mardi 14 avril 2015

Interview sur le forum Tenkara Fisher par Adam Trahan

J'ai fait quelques interviews sur mes blogs mais je ne pensais pas être un jour la personne qui répond aux questions, c'est maintenant chose faite.
L'administrateur du forum Américain Tenkara Fisher, mon ami Adam Trahan, m'a interviewé et je dois dire que je suis quand même assez fier et honoré qu'il ait pensé à moi car Adam est plutôt exigeant sur ce qu'il publie et qu'il est un vrai passionné qui connaît son sujet sur le bout des doigts.
Ca me fait même un drôle d'effet à vrai dire d'être parmi cette liste assez impressionnante de pêcheurs de renom qui ont été interviewés avant moi.


Vous pouvez lire cette interview en cliquant ici. Bonne lecture!

lundi 13 avril 2015

Un dimanche printanier

L'hiver a fait preuve de résistance cette année mais cette fois il me semble que nous sommes enfin entrés de plein dans le printemps. Comme je l'ai constaté hier lors d'une sortie de pêche au tenkara sur une petite rivière Normande tous les signes sont bien là pour nous annoncer que dans peu de temps la saison de pêche va vraiment commencer.


Avec le beau temps arrivent les bonnes conditions de pêche: l'eau se réchauffe incitant les poissons à être plus actifs, et elle s'éclaircit car pour l'instant à part quelques spots où le courant est assez rapide de nombreux coins gardent une teinte assez prononcés. 


Je pêchai ce petit cours d'eau avec ma fidèle Oni type 3 et une classique Takayama sakasa kebari et si ce ne fût pas si facile la pêche a été plus productive que sur les sorties précédentes. J'ai pris quelques tacons au début puis rapidement des truites. Après avoir pris quelques poissons postés à la queue leu leu derrière les obstacles en bordure et satisfait de voir qu'enfin tout ce petit monde commençait à s'éveiller je fis une pause. 


Après une bonne sieste réparatrice je pêchai à nouveau, cette fois une jolie ligne droite bien agitée et recouverte par une voûte de branches assez basse, l'endroit typique sur lequel de nombreux pêcheurs font l'impasse alors que ce sont ceux où vous avez le plus de chance de prendre de belles truites. Et je l'ai constaté rapidement ça valait le coup de se donner un peu de peine...



lundi 6 avril 2015

Brève sortie dominicale


Après la semaine très pluvieuse je me décidai hier à aller à la pêche histoire de profiter un tant soi peu des frêles rayons de soleil qui commençaient à réapparaître sur la région. Le ciel était clair et bien dégagé mais je me doutais un peu que l'air devait rester frais. 
Je ne m'étais pas trompé car une fois au bord de l'eau je constatai qu'il ne faisait pas chaud, à peine 12 degrés, et que si le niveau d'eau n'avait beaucoup monté celle-ci présentait une couleur assez trouble qui me fît tout de suite comprendre que cette sortie de pêche serait courte et difficile.


Je pêchai un peu plus en amont que lors de ma dernière visite, un secteur profond d'une vingtaine de centimètres et où comme je m'en suis rendu compte les intempéries ont encore ajouté de nouvelles embâcles ce qui facilite encore le travail de colonisation par les ragondins. 
La pêche n'a pas été facile, je n'ai pris que quelques petites truites et en ai raté deux probablement maillées parce que prises sous des voûtes de branches où je n'ai pas pu ferrer correctement. Ce n'est pas toujours le pêcheur qui gagne! 


Mais une sortie comme ça sur un ruisseau bien encombré est un très bon entraînement à la précision puisque je ne pratique jamais le lancer arbalète qui n'est de toute façon pas une technique de pêche à la mouche fouettée. 
La saison 2015 démarre donc lentement, la motivation reste entière pour moi mais je constate quand même que je n'ai plus rencontré personne à la pêche ni même à proximité d'une rivière depuis l'ouverture. 

lundi 30 mars 2015

L'étau REGAL Medallion

Après de longues années de bons et loyaux services j'ai décidé de me séparer de mon étau Dyna King, un modèle Barracuda Junior Trekker. Etant donné que je passe beaucoup de temps derrière l'étau pour monter les kebari que je vends dans ma boutique cet étau s'avère offrir une position de travail trop basse. 

Cet étau a de nombreux bons points comme sa construction en inox, la rotation sur roulements à billes, sa stabilité, la solidité des mâchoires qui sont en plus très faciles à changer mais quand je passe une journée à travailler dessus je suis fatigué à cause d'une mauvaise position de travail. 
J'avais depuis longtemps envie d'avoir un étau Regal car le positionnement de la tête a une très grande amplitude (220° vers le haut ou vers le bas) malheureusement ces superbes outils sont très mal distribués en Europe et ils sont souvent vendus à des prix très élevés.

Après quelques recherches sur le net, je trouvais le site d'un fly shop très complet et qui pour mon plus grand bonheur proposait la quasi intégralité de la gamme d'étaux Regal. Mon choix se porta sur le vaisseau mère de cette gamme: le Medallion traditional head.


Après une huitaine de jours j'avais le colis dans les mains! Il était là, dans une simple boîte en carton, attendant d'être assemblé et de passer à l'action. Ca tombait bien car ce jour là un client Belge m'avait fait une grosse commande de kebari.


Un des aspects qui m'a fait choisir un étau Regal c'est sa tête à ouverture par levier qui ne nécessite aucun réglage quand on change de taille d'hameçon. La tête "traditional' est conçue pour serrer des hameçons allant du 22 au 1/0 ce qui couvre 100% de mes besoins.
Le serrage des hameçons est vraiment excellent. J'ai fait quelques essais avec différents hameçons qui étaient serrés dans l'étau d'un côté et dans une pince de l'autre et j'ai toujours obtenu le même résultat: la partie de l'hameçon serrée dans les mâchoires du Regal ne bougeait pas mais l'autre partie tordait ou cassait. 


Le pied de l'étau est très simple et permet de modifier la position de la tête, on règle tout simplement la position grâce à la clé Allen fournie. L'idée est simple et efficace. J'ai enfin un étau sur lequel je peux travailler sans avoir à baisser la tête. Mes vertèbres cervicales remercient chaleureusement toute l'équipe de Regal Vises!


Regal ne propose pas moins de sept type de socles, trois à clamper et quatre à poser, j'ai choisi le modèle traditionnel en bronze que beaucoup d'entre nous connaissent au moins en photo. Il est superbe! Le dessous du socle est recouvert d'une plaque de liège. 
Il est lourd (1,680 kg) et d'une stabilité à toute épreuve ce qui est un bon point car il n'y a rien de plus désagréable qu'un étau qui bouge quand on travaille dessus. Ce socle est également très beau, ce qui ne gâche rien.  


La boîte dans laquelle on reçoit l'étau contient deux boulons, l'un pour fixer le pied de l'étau sur le socle et l'autre se place sous la tête de l'étau et permet en fonction du serrage de rendre celle-ci fixe ou rotative. Ces pièces m'ont surpris par leurs dimensions: 23 mm de diamètre! Cela facilite vraiment la serrage. On peut les manipuler les yeux fermés.



Cet étau est bien entendu garantie à vie. Le livret contenu dans la boîte contient d'ailleurs des instructions très claires sur l'utilisation correcte de ce superbe outil.
Je ne possède cet étau que depuis deux semaines et il m'a déjà convaincu de ses qualités, ne dit on pas qu'un bon ouvrier a toujours de bons outils?