Translate

vendredi 19 juin 2015

Tenkara sur le Haut-Chéran

Après avoir traversé un dernier bourg nous nous engagions sur une petite route de montagne où après quelques kilomètres nous nous arrêtions sur le bas côté pour nous livrer à notre activité préférée: pêcher. D'un côté la route montait raide dans les bois et de l'autre elle passait le torrent tant convoité: le Chéran.
Les conditions météo étaient très favorables à la pêche comme nous l'avions constaté tôt le matin, la température était d'à peine 18°, le ciel était légèrement couvert et il n'y avait quasiment pas de vent. Cette journée commençait donc sous de très bonnes augures. 
Christophe me dit qu'avant toute chose il voulait pêcher un peu en aval du pont qui enjambe la rivière où il avait repéré plusieurs truites lors d'une précédente visite. Je le laissai donc passer en tête. 


La première truite fût prise rapidement, elle était très belle et sa robe grise lui allait très bien. 


Cette superbe truite dûment relâchée nous avancions à pas de loup à l'approche du pont où effectivement il y avait bien des truites postées mais la rapidité à laquelle elles firent demi tour vers leur cachette après avoir foncé comme des missiles vers la mouche sèche à son passage dans leur champ de vision me surpris. Christophe n'insista pas et avant de passer de l'autre côté du pont où le torrent est bien moins large il replia sa canne pour mettre en action un modèle plus court que la Oni. 


Ce pont marque de façon presque physique le passage vers la partie sauvage du torrent, bien plus étroit et qui coule entre des berges très boisées. Ayant tous deux passés le pont nous jetions un dernier coup d'oeil aux deux postes d'où les truites avaient surgi. Elles avaient faim mais pas au point d'aller passer un moment dans une épuisette!


Je préparai la Nissin Royal Airstage 320 avec une ligne courte en monofilament, un bas de ligne de 60 centimètres et une mouche sèche pendant que Christophe observait le torrent avant de passer à l'action...


Ma mouche sèche "haute visibilité" comme dirait l'autre combiné au talent de Christophe donnèrent des résultats positifs immédiatement...


Nous pêchions en binôme avec une seule canne donc nous pêchions à tour de rôle, nous n'étions pas en compétition donc ça n'aurait pas eu beaucoup de sens de pêcher des postes déjà pêchés et de toute façon comme me le fît remarquer mon ami à juste titre sur ce type de torrent à l'eau limpide on a droit qu'à un essai par poste. 


J'appliquai ce que le Nant des Vaches m'avait enseigné le matin même c'est à dire posé précis et concentration maximum pour des ferrages rapides et efficaces et sans me vanter je pense que la leçon a été assimilée rapidement car je n'ai raté quasiment aucune truite cet après-midi là. J'eus même la très agréable surprise de prendre une truite de belle taille et à la robe très différente de celles des autres c'est à dire presqu'aussi jaune que celle d'une truite Normande. 


Le Chéran fût généreux avec nous toute la journée et nous avons pris bon nombre de truites de façon très régulière.



Pêcher en binôme et à tour de rôle n'est pas dans mes habitudes mais c'est vraiment intéressant quand c'est pratiqué avec bon esprit, on apprend beaucoup en observant l'autre. Je remercie sincèrement Christophe de m'avoir fait découvrir le Chéran qui pour moi est l'archétype de la rivière montagneuse: peu profonde, au courant puissant et peuplée de poissons très rapides.


Ne voyant pas le temps passer nous nous rendîmes compte de l'heure par la baisse de la température, sans même s'en apercevoir nous avions pêché pendant des heures sans pose! Absorbés par le Chéran. Il était près de vingt heures quand nous escaladions un gros bloc afin d'accéder à un point de berge pas trop encombré qui nous permettrait de rejoindre le chemin qui nous ramènerait à notre point de départ.

Revenus à l'endroit où nous avions laissé le véhicule je crois pouvoir dire que nous étions fatigués mais comblés par cette journée de pêche. Le matériel de pêche rangé nous reprenions la route vers l'endroit où nous allions bivouaquer: Sparte.


Une Sparte somme toute assez confortable et où la cuisine est tout simplement excellente!


Après ce festin dont je garderai le secret nous nous endormions à quelques mètres seulement de l'endroit où nous allions pêcher le lendemain...