Translate

dimanche 14 juin 2015

Tenkara sur la Beaume

Je devais quitter l'Ardèche le lendemain du Tenkara Fest et sachant que j'allais avoir quelques heures de conduite à faire je voulais faire une dernière sortie de pêche dans cette région sans trop me fatiguer. Après avoir consulté une carte de ce département je choisis tout simplement d'aller découvrir la rivière la plus proche de Lablachère où j'habitais pendant mon séjour: la Beaume.
Pour avoir des chances de trouver des truites en activité je me levai aux aurores et arrivai sur les bords de la rivière dès 7 heures 30 mais j'allai me rendre compte rapidement qu'avec des températures supérieures à 35° tous les jours les truites étaient bien plus matinales que cela...


L'eau étant basse et claire je mettais mes lunettes avant de préparer ma canne et tentai de repérer quelque truite et j'en vis quelques unes mais elles étaient toutes lovées contre les pierres, au repos dans les rares zones d'ombre. Cette portion de rivière étant classée en seconde catégorie je me dis que j'avais sûrement de grandes chances de croiser d'autres espèces dans le secteur et alors que j'observai la rivière je vis de nombreux gobages à quelques mètres de moi en aval. Je préparai ma canne sans précipitation et bien que n'ayant pêché qu'une fois dans une rivière Ardèchoise je n'avais pas beaucoup de doutes sur l'identité de ces poissons très actifs en surface.
Je nouai à mon bas de ligne un sedge de facture très simple: corps en dubbing de CDC et aile en poil de chevreuil. 


Le résultat ne se fît pas attendre: chaque lancer fît monter une sofie sur le sedge. Quand celui-ci fût complètement imbibé de mucus et d'eau il ne flotta plus et j'en profitais pour faire une pause et remonter un peu la rivière. 


Assis sur une pierre je regardais la rivière couler devant moi et les gobages ne se firent pas plus discrets mais moins nombreux...Des truites? J'en vis plusieurs au repos dans les zones calmes à la périphérie du courant principal mais il était maintenant près de 9 heures et il commençait à faire chaud, trop chaud pour qu'une truite daigne se déplacer pour venir chercher mon sedge. 


Je lançai mon sedge en amont du courant et m'évertuai à le faire flotter au mieux pour mieux tromper les occupants des lieux qui semblaient s'intéresser à tout ce qui s'échouait dans cette zone et les prises s'enchaînèrent à un bon rythme. 


C'était bien des chevesnes! Ca ne me décevait pas puisque je savais dès mon arrivée qu'il y avait bien peu de chance de voir des truites en activité et il faut savoir tirer son parti des conditions dans lesquelles on pêche. Je viens de lire un article d'un blogger Américain selon lequel la pêche est une activité qui est constituée à 90% de frustration et de 10% de plaisir et je ne suis évidemment pas de cet avis car si je ressentais autant de frustration dans mon exercice de la pêche j'aurais arrêté depuis très longtemps d'y aller. Je vais à la pêche depuis mon enfance et j'y prends toujours autant de plaisir. 
Ayant de la route à faire l'après-midi je devais éviter de me fatiguer et je décidai donc de finir cette sortie à cet endroit et y prenais un bon nombre de chevesnes. Ce fût évidemment facile au début mais après avoir fait pas mal de remue ménage cela fût un peu plus technique. 


Vers 10 heures 30 je repliai ma canne et reprenai le chemin qui mène au hameau où j'habitais pendant mon séjour en Ardèche. Sur le chemin je croisais un groupe de baigneurs donc j'avais bien fait de ne pas insister plus longtemps.
La Beaume est une belle rivière mais elle est sûrement plus riche de possibilités par des températures plus basses donc il faudra que je revienne...