Translate

mercredi 20 janvier 2016

Japan Kebari: Hirata-san


A mon arrivée dans la préfecture de Gifu  je me rendis avec mes hôtes dans une petite boutique de matériel de pêche située à quelques pas de la rivière Itoshiro tenue par Hirata-san. Située à quelques pas de la rivière cette petite boutique est la bonne adresse où passer dans la région pour être informé des conditions de pêche dans le secteur et acheter ce dont vous avez besoin. 
A bien des égards la boutique de Hirata-san me rappela celles qui existaient chez moi il y a encore une quinzaine d'années et qui étaient tenues par de vrais passionnés de pêche et où nous allions autant pour acheter notre matériel que pour le simple plaisir de discuter. 


Si la boutique de Hirata-san est de taille modeste elle n'en regorge pas moins de tout ce qu'il faut pour pratiquer l'ayu, le esa zuri et le tenkara. Le matériel le plus récent y côtoie de magnifiques tamos fabriqués par le maître des lieux et des cannes en bambou.
Je profitai d'ailleurs des conseils de Hirata-san pour faire provision de flurocarbone puis je m'intéressai au contenu de deux boîtes en bois posées sur le comptoir de la boutique. L'une d'elles contenaient les fameuses "mamushi kebari". 


Cette kebari qui mérite vraiment d'être qualifiée d'unique en son genre est montée par Hirata-san avec pour matériau la peau du gloydius blomhoffii, une vipère très venimeuse plus connue au Japon sous le nom de mamushi. Ayant fait plusieurs rencontres dans les montagnes aux alentours de Tadami je peux vous certifier que le comportement de ce serpent est typiquement celui d'une vipère: elle ne s'enfuit pas à votre approche, bien au contraire. 


Hirata-san utilise la peau de ce serpent venimeux pour en faire le corps de ses kebari. Aux personnes qui lui disent que ces kebari sont trop chères, mille yens soit sept euros quatre vingt cinq, il répond avec le sourire: "Je risque ma vie pour monter ces kebari!"
Hirata-san monte ses kebari avec pour seul outil une paire de ciseaux et le résultat n'en est pas moins très réussi, preuve d'une longue expérience du montage sans outil.


Mais les kebari de Hirata-san ne sont pas seulement belles, elles sont également très solides car il utilise du vernis à ongle en guise de colle. Hirata-san utilise des hameçons Owner Kuwahara Tenkara
La seconde boîte posée sur le comptoir de la boutique contenait les autres kebari montées par Hirata-san. Il les monte bien sûr également sans outil sur des les mêmes hameçons mais avec du fil à broder en guise de corps. Lors de ma visite elles avaient toutes un corps beige mais se différenciaient par les couleurs de leurs collerettes qui allaient du grizzly au noir en passant par le furnace brown.


Hirata-san finit également ces kebari par une fine couche de vernis sur tout le corps pour les solidifier. Comme il le précise un corps vernis ne change pas d'aspect une fois la kebari immergée. Comme nombre de pêcheurs d'expérience que j'ai rencontré au Japon Hirata-san a observé depuis longtemps qu'en définitive ce n'est pas la kebari qui prend les poissons mais le pêcheur qui sait l'utiliser à bon escient.