Translate

jeudi 27 novembre 2014

CHOISIR SON MATERIEL TENKARA (1° partie)

Je vais essayer en plusieurs articles de répondre, en me basant sur mon expérience, à des questions récurrentes qui me sont posées sur le choix de cannes, de lignes et de mouches. Et comment tirer le meilleur de ces trois éléments combinés en fonction des cours d'eau où on pèche.

Je vais commencer aujourd'hui dans cette première partie par les cannes pour la pêche en ruisseau.

Pour pêcher en ruisseau, il faut une canne qui soit juste assez longue pour atteindre les poissons sans se faire repérer et de préférence éviter de s'accrocher partout. Mais ce que j'aime dans cette pêche est qu'il faut bien observer les meilleurs spots pour savoir où se placer pour pouvoir bien lancer et ferrer. Je pratique en marchant le moins possible dans l'eau par souci de discrétion. Les truites ne sont pas nombreuses, elles sont discrètes et très farouches.

Je ne pêche jamais en sèche en ruisseaux car ça n'est pas une technique "payante"; les ruisseaux où je pêche n'ont pas d'éclosions assez intenses qui puissent inciter les poissons à chercher leur nourriture en surface. Je pêche en noyée parce que c'est le meilleur moyen d'atteindre les truites qui ne sont pas très mobiles dans ces ruisseaux peu profonds.

Je pêche assez court; la ligne en level line est de la longueur de la canne et assez fine (号3 soit 0.285 mm), le bas de ligne représente à peu près 25% de la longueur de la ligne. Il est suffisant pour présenter efficacement une mouche noyée dans  un ruisseau.

J'ai commencé le tenkara en utilisant trois diamètres de fil mais finalement je n'ai conservé que le diamètre qui pour moi avait le meilleur rapport entre faculté de lancer et solidité. Je n'utilise jamais de bas de ligne conique, je suis convaincu que plus nombreux sont les éléments qui composent une ligne tenkara moins elle se lancera bien et moins elle dérivera sans dragage.
Les mouches traditionnelles comme les Takayama sakasa kebari, en particulier la jaune, ont ma préférence pour cette pêche.
Après avoir essayé plusieurs cannes j'ai décidé de n'en garder qu'une: la Oni type 3. C'est la plus douce en terme d'action que j'ai essayé. Les autres modèles, à l'action plus puissante, ne m'ont pas vraiment convaincu car dans la pêche en ruisseau je n'ai nul besoin de puissance de lancer ni de combat; je pêche sur des distances réduites et les grosses truites sont rares.


J'ai besoin également d'une canne qui puisse lancer en douceur une ligne fine or cette qualité n'est pas aussi commune qu'on le croit. Toutes les cannes ne sont pas égales.
Pour moi, une bonne canne est polyvalente. Je veux pouvoir pêcher avec la ligne que j'ai sous la main sans soucis; lancer aussi facilement et proprement que j'ai une ligne parallèle, conique ou tressée.

La pêche en ruisseau est passionnante et très bonne pour progresser car elle stimule beaucoup la technique du pêcheur en terme d'approche, de lancer et de savoir faire pour leurrer les truites dans des espaces réduits qu'elles connaissent dans les moindres détails.
Pour finir je dirai également que cette technique vous rendra la pêche dans des cours plus larges beaucoup plus facile. Ca me paraît donc être une étape importante dans le parcours d'un pêcheur.