Translate

jeudi 29 janvier 2015

Une canne, une ligne, une mouche

Depuis que je fais ce blog ma vision de la pêche à la mouche a évolué et je dois dire aujourd'hui ma grande satisfaction de ne plus me sentir du tout concerné par ce qui se passe dans l'univers agonisant de la pêche à la mouche "occidentale".
Je rappelle quand même que sans les techniques ancestrales comme le tenkara, appelée "volante" en France ou "valsesiana" en Italie, la parodie de pêche à la mouche actuelle n'existerait probablement pas. 
Le tenkara n'est pas pour moi une technique de pêche à la mouche parmi d'autres elle est la quintessence de la pêche à la mouche, elle en est la véritable expression. Débarrassée de tout superflu. 


Une fois qu'on s'est débarrassé des oripeaux de la pseudo-pêche à la mouche contemporaine on commence à entrevoir ce qu'est le tenkara et une fois qu'on commence à s'en approcher il n'y a pas de marche arrière. En tout cas pas pour moi. 
Depuis que je pratique le tenkara je n'ai jamais retouché à une canne "à mouche", j'en suis complètement désintoxiqué, parce que je me suis rendu compte que je pêche mieux et plus efficacement parce que j'ai adopté une pêche dans laquelle on s'améliore constamment pour peu qu'on veuille l'améliorer au lieu d'aller perdre son temps et son argent dans des accessoires et des gadgets qui ne font que compliquer artificiellement la pêche. 

C'est "une canne, une ligne, une mouche".