Translate

dimanche 29 décembre 2013

TENKARA SESSION #7

Après plusieurs sorties annulées je me suis décidé hier matin à aller à la pêche, toutes les rivières de la région étant en crue il m'a fallu me rendre dans le dernier plan d'eau encore ouvert. A mesure que je m'en approchais le ciel se dégageait et j'étais donc très motivé à assouvir ma passion pour la première fois depuis le début de ces congés de Noël.
Si le ciel était d'un bleu pâle des plus encourageants le vent était déjà bien présent dès le début de la matinée et effectivement une fois mon droit d'entrée acquitté je me rendis compte en arrivant au bord de l'eau que sa surface était régulièrement balayée.


Il allait donc falloir aller chercher les truites là où elles se trouvent: au fond!
Je pêcherai toute la journée avec une grise à corps jaune en taille 8 que je laisserai patiemment couler de façon inerte et que j'anime lentement en essayant de la faire glisser au plus près du fond. Ca marchera bien toute la matinée même si les truites prises sont de petite taille pour l'endroit. Les plus gros spécimens sont sans doute occupés à des simulacres de reproduction en cette période hivernale et je n'espère pas pouvoir repérer un seul poisson à vue aujourd'hui.



Le début d'après midi est marqué par une bonne accalmie du vent mais pas par une remontée même légère des températures et il ne semble toujours pas y avoir de poissons entre deux eaux ou en surface si ce n'est des petites perches dont ce plan d'eau est infesté. Je reprends quelques truites qui se défendent bien, eau froide aidant elles sont au mieux de leur forme.



Vers 15 heures 30 le vent fait son retour, je me mets à l'abri dans une des cabanes qu'il y a sur les berges et je ne sais pas pourquoi je m'attends à voir des poissons s'activer. Je suis à l'endroit en face duquel l'étang est le moins profond et donc celui où j'ai le plus de chance de voir une truite avant de lui lancer mon imitation...Je vois une ombre à environ cinq mètres du bord qui fait du surplace, j'ai ma mouche dans la paume de la main prête à s'envoler et dès que la truite avance je la lui lance. Elle prend ma mouche en passant et quand elle sent qu'il y a une résistance elle tente de plonger; le combat commence!
Dès la première seconde la canne est quasiment pliée en deux, la ligne titanium est bandée comme un arc mais la poisson tente par tous les moyens dont il dispose de s'approcher du fond. J'essaie de le déséquilibrer mais j'y vais en douceur, je suis sûr que c'est LA truite et je ne veux pas la perdre. Cette fois les berges sont sèches et je marche doucement derrière la truite qui essaie obstinément de sonder.


Après un combat dantesque je sens les premiers signes de faiblesse, les coups de tête se font moins puissants et le scion de ma canne se redresse; j'aborde sans grande inquiétude la mise à l'épuisette qui se fera sans problèmes. Je pose aussitôt épuisette et canne pour prendre ces deux photos avant de m'atteler à la remise à l'eau de ce superbe poisson qui m'a filé une bonne dose d'adrénaline.


Après avoir repris son souffle il repartira tranquillement parmi les siens.

Je reste un moment à regarder l'endroit d'où est reparti cette magnifique truite et je replie ma canne, convaincu que pour aujourd'hui je ne prendrai pas un poisson qui puisse me faire plus plaisir que celui-ci. Même si j'ai eu froid toute la journée je suis content et pour être honnête assez fier d'avoir capturé ce
poisson magnifique et très combatif en Tenkara. Une fois encore la simplicité l'a emporté sur la complexité inutile. L'année halieutique se termine en tout cas en beauté!