Translate

lundi 9 décembre 2013

TENKARA SESSION #6

Après des semaines et des semaines de pluie et grisaille, ça s'arrange un peu! Le temps automnal serait il en train de faire place à l'hiver qui commence officiellement dans quelques jours? Nul ne le sait mais en tout cas une chose est sûre: c'est un temps à mettre un pêcheur dehors.

Je me suis rendu à un des seuls plans d'eau ouvert à la pêche en cette saison histoire de ne pas passer ce bel après midi enfermé même si je me doutais un peu que l'arrivée du gel depuis quelques jours allait sans doute avoir des conséquences sur la pêche.


Nous ne serons effectivement pas nombreux à braver le froid pour satisfaire notre passion pour la pêche. L'un de nous aujourd'hui n'était autre que Mr. Yvon Carbonne avec qui j'ai eu l'immense plaisir de discuter de pêche en général et de Tenkara en particulier. C'est toujours un plaisir de rencontrer quelqu'un qui a une vraie culture halieutique. Pour moi ça a commencé par une belle série de perchettes complètement hystériques; un lancer, une perche, un lancer, une perche...Bon, ça va bien un quart d'heure mais elles sont où les truites?


Mon wooly bugger traumatisé, je change et met une des plus classiques grises à corps jaune. Cette fois j'ai mes lunettes et je m'assois sur un banc en attendant de voir si une ou des truites vont profiter de la remontée des températures du début d'après midi pour s'activer un peu...Et rien! nada! niente!
J'ai observé les trois autres pêcheurs qui n'ont toujours rien pris quand j'aperçois à environ trois mètres devant moi un poisson à la robe sombre...Il avance lentement comme si il cherchait quelque chose, je pense qu'il va aller tout droit et je lance.


Ca y est! J'ai pris le premier salmonidé de l'après midi. C'est un saumon de fontaine et je n'en suis pas mécontent sachant que les derniers que j'avais essayé de prendre à vue m'avaient démasqué.  Je le rend rapidement à son élément car l'atmosphère sèche et froide peut lui être fatale. 
J'ai bien fait d'arrêter le streamer, je n'aurais pris que des perches; une mouche noyée m'inspire bien plus confiance dans la pêche des salmonidés.
Au lieu de me laisser emporter par mon enthousiasme je reprends l'observation et au bout d'une heure j'aperçois un autre brookie; je lui lancerai ma mouche à deux reprises et à chaque fois il passera à quelques centimètres sans même tourner la tête.
Enfin il y a un signe d'activité en surface vers 15 heures 30, un marsouinage pas discret du tout me sort de ma torpeur et je m'approche discrètement de ce secteur; je ne vois aucun poisson aux alentours et décide de lancer ma noyée à l'endroit exact du marsouinage et...


C'est un deuxième kawamasu qui est au bout du fil! Là je peux vous dire que je me suis adressé une volée de compliments. "T'es un killer Berthier! Un killer!" comme disait l'autre.

Il est maintenant près de 16 heures et ça commence à se sentir; la température commence à baisser et le ciel prend sa teinte orangée de soir d'automne. Le plan d'eau est plus calme que jamais, deux des autres pêcheurs commencent à remballer convaincus que c'est fini pour aujourd'hui. Je les imite et replie ma canne. C'est la première fois depuis de nombreuses années que je pêche ici que je ne prends pas de truite, d'un autre côté avoir pris ces ombles après l'échec de la dernière fois suffit à mon bonheur.