Translate

dimanche 5 juin 2016

Quelques moments de tenkara

Le mois de Juin a commencé comme Mai avait fini c'est à dire fraîchement, le thermomètre reste en berne aux environs d'une petite quinzaine de degrés mais j'avais sacrément envie d'aller me rendre compte de l'état d'une de mes rivières locales favorites et peut-être d'y pêcher histoire de bien commencer le weekend.  La région a heureusement échappé aux pluies diluviennes de la semaine.
L'eau reste très froide et teintée mais je m'en rendis compte après quelques minutes d'observation, cela ne semble pas tant gêné l'activité des insectes; mouches de Mai et sedges en tête, qui émergent régulièrement. Les truites sont discrètes, bien plus qu'elles ne le sont d'habitude à cette époque de l'année, mais j'équipai ma Nissin Zerosum Oni et commençai à pêcher les postes les plus susceptibles d'abriter des truites susceptibles de mordre à ma Yamato kebari.


Pour pêcher ces postes très peu profonds, une trentaine de centimètres, j'utilise le courant et la tenue de ma canne pour faire plonger ma kebari. Portée par le courant celle-ci prend facilement une dérive naturelle, une animation peut décider une truite récalcitrante. 


Comme lors de ma précédente sortie je ne pouvais compter faire le coup du soir car passé dix neuf heures la température baisse très vite, on est bien loin des coups du soir qui s'éternisent jusqu'à ce que l'obscurité soit presque complète. Mais des lancers précis, des dérives contrôlées et un peu de concentration donnent des résultats satisfaisants. 


Les truites s'adaptent aux nouveaux postes créés par les chablis que le vent a déposé en travers du courant. Les dérives naturelles vers l'aval se révèlent être la technique la plus efficace. 




La pêche en noyée vers l'aval avec une seule mouche est une technique simple donc efficace. J'en avais déjà fait l'expérience à l'époque où je pêchais encore à la mouche mais avec une canne tenkara le contrôle des dérives est plus efficace.  



Les truites étaient en nombre dans ce poste créé par cet arbre immergé.


Je finirai cette sortie en aval des piliers d'un antique gué à boeufs disparu depuis longtemps où quelques jolies fario furent elles aussi capturées grâce à la même technique de pêche aval. 


Quel plaisir de pêcher toute en finesse et en technique. Une canne, une ligne, une mouche; ce n'est pas seulement une simplicité de principe mais un gage d'efficacité. 




La dernière truite de cette brève sortie relâchée je rebroussai chemin l'esprit léger et satisfait d'avoir été au bon endroit au bon moment.