Translate

mardi 21 octobre 2014

Mon expérience de la mouche unique

A la fin de la saison 2013 j'avais décidé de faire l'expérience de la mouche unique qui n'a rien d'un dogme mais qui est plutôt une théorie de la pêche basée sur le principe que dans le tenkara la technique du pêcheur prime sur le choix de telle ou telle mouche.
Après cette première saison de pêche au tenkara j'avais décidé de rester fidèle à ma mouche avec laquelle je me sentais le plus en confiance, inspirée d'un modèle traditionnel: la Takayama sakasa kebari.
Certains de mes montages étaient fidèles au montage original Japonais, d'autres ne l'étaient pas tout simplement parce que je n'avais plus telle ou telle plume à ma disposition et je voulais au cours de cette saison 2014 acheter le moins possible de matériaux de montage.


Je ne différencie plus mes mouches en catégories comme "noyée", "émergente" ou "sèche" parce que je pense que si on pêche au tenkara en ne considérant pas cette technique seulement comme de la "pêche à la mouche sans moulinet" on ne se met plus les limites très restrictives et on se met rapidement à essayer de voir toutes les possibilités offertes par les mouches qu'on a sous la main. 
Comme je l'ai écrit en introduction la théorie de la mouche unique n'est pas un dogme mais c'est cependant une expérience préconisée par quelques uns des plus grands pêcheurs au tenkara pour améliorer sa technique. 


Au cours de la saison 2014 qui a été sûrement la plus difficile depuis de longues années je n'ai pas été bredouille une seule fois et je me suis même surpris à prendre des truites dans des secteurs où depuis plusieurs saisons je ne prenais que des chevesnes. 
Je pense que le fait de ne pêcher qu'avec un modèle de mouche vous oblige à remettre en cause votre technique et vous permet d'acquérir à mesure que vous comprenez de mieux en mieux l'étendue des possibilités offertes par un équipement simple une confiance à laquelle vous n'accéderiez jamais en vous contentant de changer de modèle de mouche tous les quarts d'heures. 
La truite n'est pas moins opportuniste et plus intelligente qu'une autre espèce de poissons, je ne suis pas du tout partisan des théories fumeuses sur son intelligence. Elle n'a pas un cerveau plus gros (en proportion) qu'une poule et  je ne connais pas un pêcheur qui dirait que la poule est un animal doué d'intelligence. 


C'est la confiance en soi qui est la clé de la réussite à la pêche. Est ce un hasard si les vrais pêcheurs à la mouche qu'étaient nos pères et nos grands-pères n'utilisaient que quelques modèles montés avec des matériaux simples? Sûrement pas!
Ils savaient tout simplement compris que seule leur technique leur permettait de prendre des truites. 

Quand je vais à la pêche aujourd'hui j'y vais avec confiance, le matériel et l'esprit léger; je sais que je vais passer un bon moment de détente dans un environnement serein. 
Je suis sûr également que si je n'avais pas remis en question ma technique de pêche je serai moins efficace.