Translate

mardi 26 février 2013

TENKARA SESSION #1

TENKARA SESSION #1

Ayant reçu ma canne Tenkara ce matin, je partais le midi même la baptiser dans un plan d'eau de la région. La météo nous avait annoncé une journée froide et sèche et c'est ce que j'ai eu; le vent fût l'invité surprise de cette journée. 
Merci à l'inventeur du bonnet!


Je ne m'attends pas par ce froid glacial à voir le moindre signe d'activité en surface, je fais donc mes premiers lancers et laisse patiemment couler ma mouche sans la moindre animation. Le lancer avec la canne Tenkara se fait naturellement, pas la peine de réfléchir, je la fouette comme n'importe quelle canne à mouche. Ca se fait par contre un peu plus lentement pour que ce soit propre et précis du fait, je pense, de la finesse de la ligne. 
Ca y est! La première touche! Hivernale, lourde et brutale...Le scion de la canne qui est très fin plie sérieusement mais ça ne m'inquiète pas, je contre les rushes de la truite, une fois, deux fois, trois fois mais ça ne suffit pas. Je change de tactique, elle veut avancer vers un endroit peut-être plus profond, je ne la contrarie pas, je la suis pas à pas et j'obtiens ce que je voulais; elle se fatigue à me traîner derrière elle.
Ma première truite prise en Tenkara n'est pas énorme; elle fait une trentaine de centimètres mais s'est montrée très combative. Je prends une photo et rend la demoiselle à son élément.
Avant d'éteindre mon apn, je regarde la photo; j'ai un peu l'impression d'être retourné trente ans en arrière et de revoir ma toute première truite.


Le vent se renforce, la vallée où je suis est orienté est/ouest et j'ai la sensation d'être dans un immense congélateur! Je prends ma deuxième truite après plus d'une heure sans aucune touche; les autres pêcheurs peu nombreux n'ont pas l'air d'être débordés non plus. Je change d'endroit et de technique pour passer en nymphe, et là j'enchaîne rapidement les prises de mini perches dont l'étang est infesté; je n'ai pas vraiment de mérite, il suffit de lancer une nymphe et de la faire rebondir sur les cailloux du fond! La sensibilité de la canne Hemingway's est incroyable! Dès qu'une perche touche la nymphe je la sens aussitôt au bout du bas de ligne. Bon, je n'ai rien contre les perches mais je ne suis pas venu pour elles.
Je change d'abord de nymphe pour un modèle un peu plus gros qui je l'espère décidera une truite. Mais j'attends une accalmie pour lancer. Le vent se calme enfin vers 16 heures mais la température commence déjà à baisser, il ne va pas falloir traîner si je veux faire visiter mon épuisette à une jolie mouchetée. Au troisième lancer, je laisse la nymphe se poser au fond puis je commence à relever ma canne le plus lentement possible; en moins de cinq secondes j'ai une truite au bout du fil!





Je commence à avoir vraiment froid, j'ai oublié mes gants et j'ai l'impression d'avoir des glaçons à la place des doigts; je reprends le chemin qui mène au parking en faisant quelques lancers et je reprends une dizaine de perchettes.
J'ai passé une après-midi magnifique malgré le froid et le vent et si je n'ai pas pris autant de truites que je l'aurais voulu celles là m'ont offert d'excellentes sensations.